Prises de vur de la Maison-Atelier de Daubigny
Charles-François DAUBIGNY
Français
English
L’affirmation de l’Artiste


 


 
 

Alors qu’il a à peine plus de 20 ans, il expose une peinture « Vue de Paris et de l’Ile Saint-Louis » aux côtés de son père, au Salon de 1838. Puis il se met à la gravure et façonne ses premières eaux-fortes.  Six d’entre elles seront exposées au Salon.
 
Bien que s’étant déjà forgé une idée toute différente du classicisme par ses expériences de peinture sur le motif, Charles-François Daubigny fréquente les Beaux-arts et étudie dans l’atelier de Paul Delaroche, vers 1841. Ce dernier le prépare au concours du Prix de Rome. Charles-François parvient à être admis à la dernière épreuve. Malheureusement il  est disqualifié à cause d’un rendez-vous  administratif manqué, alors qu’il déjeunait avec un ami…
 
Charles-François Daubigny expose des eaux-fortes aux Salons de 1841 et 1845, ce qui lui permet de se faire connaître comme graveur.
 
En 1842, il épouse Marie-Sophie. Un an plus tard nait leur fille Cécile.
Ils s’installent alors à Fontainebleau et Charles-François peut maintenant travailler au cœur de la nature. Résidant à côté de Barbizon, célèbre pour son école, il peut s’y rendre souvent. Avec ses amis il aime planter son chevalet entre la forêt et les cours d’eau. Surnommé « le peintre de l’eau », étangs, rivières et bassins prennent une place importante dans ses œuvres puis en deviennent un élément primordial.

 
Retrouvant aussi cette ambiance aux alentours de Valmondois, Charles-François y vient de plus en plus souvent, car c’est plus proche de Paris, là où il a toujours son atelier. 
Page 3/8
Page mise à jour le 8 mars 2011

Copyright 2011-2016 : La Maison-Atelier de Daubigny - 61 rue DAUBIGNY - 95430 Auvers-sur-Oise